Du contenu tous les dimanches à 18h30 !
Nouveau contenu : "L'actualité trimestrielle de Psybienetre #1"

Comment écrire un journal intime 2.0 ?

Page de garde article journaux intimes

Bonjour à toi, aujourd’hui, je vais te parler d’un exercice qui m’a permis de mettre sur papier mes ressentis, me confier ainsi que mettre des mots sur ce que je pensais afin d’avancer encore plus vite lors de mes séances avec ma psy lors de ma dépression : « Comment écrire un journal intime 2.0 ? »

Le but n’est pas nouveau, ce n’est pas un concept qui vient d’être créé, c’est même l’un des concepts le plus vieux au monde : le journal intime.

Alors pourquoi en faire un article ? Manque d’inspiration ? Non. Bien entendu, le but est le même (raconter ses journées) mais le moyen de le faire va être un peu plus poussé qu’un journal intime du temps de la primaire ou du collège. On peut autrement dit parler d’un journal intime 2.0.

Mais attention : je ne parlerais pas du bullet journal (c’est quoi ?) qui est tendance et qui se veut l’alternative au journal intime. Je ne suis pas fan de cette méthode car elle nécessite (selon moi) beaucoup de matériel, de temps à configurer et à court terme trop d’investissement. Cela devient limite une corvée plutôt qu’un plaisir simple et réparateur.

Introduction au journal intime 2.0

Journal intime version 2

Le journal intime 2.0 dont je te parle aujourd’hui sera adaptable à n’importe quel sujet, mais généralement sera l’analyse d’un sujet qui te tient à cœur. Cela pourrait être un journal intime sur la psychologie au quotidien (l’exemple sera pris pour cet article mais pas que), le travail, la passion qui vit en toi (le sport, la peinture, le dessin, le cinéma, la cuisine…), l’amour, etc. A toi de trouver le sujet qui peut être n’importe quoi (c’est vaste mais je vais te donner des pistes), du moment qu’on ne perd pas le sujet et qu’on évite le hors-sujet.

Pourquoi éviter le hors-sujet ?

En effet, la seule règle à vraiment respecter c’est qu’un sujet défini pour un journal intime définit l’orientation du journal intime. C’est comme s’il était impossible d’écrire autre chose que ce qui concerne le sujet. De cette manière, à terme tu auras 3-4 journaux intimes pour séparer les contenus en sujets organisés. Comme ça, pas de mélange, en prenant un journal tu sais ce que tu dois écrire dessus (la « page blanche » vient plus rapidement quand le sujet est trop vaste, pas de risque ici) et quand tu le reliras, tu sauras de quoi ça va parler.

Grâce à ça, on règle deux problèmes de la première version du journal intime :

  • Un journal intime « fourre-tout » où c’est impossible de savoir ce qu’il y aura dedans (un jour c’est l’amour, un jour c’est le travail, un jour c’est les deux, un jour ça parle d’encore un autre sujet,…)
  • Avec cette nouvelle version de journal intime 2.0, dès qu’un sujet nous vient en tête, on sait où le retranscrire et où on en est dans son avancée. En effet, quand on possède un journal intime par date ET pour tout sujet confondu, comment c’est possible de se repérer si on veut savoir rapidement notre état d’avancement ?

Comment trouver son (ou ses) sujet(s) de journal intime 2.0 ?

Se prendre la tête pour un sujet

Suivre son cœur. C’est tout ? Eh bien oui, qui mieux que toi te connaît et sait exactement quel sujet te fait mal ? (du moins t’occupes l’esprit toute la journée)

TOI !

Arrête de suivre des tutoriels qui te disent quoi choisir, un modèle est fait pour être inspirant, pas recopié.

Arrête d’être passif et prend en main ta vie en adaptant à chaque fois ce que tu vois pour ce qui est applicable pour toi.

Pas convaincu ? Quand on t’apprend l’art graphique, on t’apprend à recopier les styles des artistes ou on t’explique plutôt les bases de l’art graphique (dont a dérivé le style des artistes) ? Quand on t’apprend un sport, t’apprend-on à copier unetelle star du sport ou t’apprend-on à connaître les règles, les mouvements en détail ?

Eh bien cela s’applique partout : s’adapter pour mieux réussir.

Comment appliquer cela concrètement

Revenons-en à la recherche de sujet. Pose-toi cette question autant de fois qu’il te sera nécessaire de trouver un sujet pour l’un de tes journaux intimes : Qu’est-ce qui me préoccupe (comprends ici m’occupe l’esprit toute la journée) autant chaque jour ?

Les réponses viendront de TA vie, TA personnalité. Elles seront donc uniques pour chacun et c’est justement ça qui est génial : qui aime être un mouton qui répète et suit à la lettre dans un cadre préconçu sans faire fonctionner son cerveau plutôt qu’un castor qui découvre un cours d’eau, réfléchit à comment faire le barrage, le conçoit, le réalise avec le matériel adéquat. Bien évidemment le castor ne réinvente pas à chaque fois le concept de construire un barrage, mais adapte en fonction de la surface du cours d’eau, le matériel disponible ou nécessaire, etc.

Ne crée pas l’objectif mais la façon de l’atteindre.

Cet exercice pourra même te permettre d’avoir déjà un début d’axe de réflexion sur comment se démarquer des autres, par exemple lors d’un entretien avec trois autres personnes à diplôme comparable.

L’efficacité du journal intime 2.0

Faire un journal intime c'est progresser

Voici quelques exemples de sujet que j’avais en tête lors de ma dépression et qui me préoccupaient :

  • Je n’ai jamais connu l’amour, je suis désespéré
  • J’ai du mal avec les relations sociales
  • Je n’ai aucune passion/envie
  • Le bilan de mes séances avec ma psy

Les limites de l’ancienne méthode

Voici ce qu’on retrouverait dans un ancien journal intime classique (j’ai résumé grossièrement) :

  • Jour 1 : ça ne va pas bien car en amour je suis nul, sociabilité au point mort, pas de passion ni d’envie, le bilan de mes séances avec ma psy est-il vraiment efficace ?
  • Jour 2 : Le bilan de mes séances avec ma psy je vois une petite amélioration, amour toujours rien, pas de passion ni d’envie toujours rien, sociabilité j’ai parlé à une personne aujourd’hui seulement.

Tu vois le problème ? Il n’y a rien de structuré et on s’y perd. C’est comme pour tout, si on ne met pas de l’ordre dans ses affaires, on finit par les perdre (ici à la relecture impossible de s’y retrouver), laisser trainer (ici arrêter d’écrire) et enfin quand on fait entrer quelqu’un chez soi on a la remarque des affaires pas rangées depuis un certain temps (ici un sujet qui ne se serait pas amélioré au bout de mois ou d’années d’écriture, ce qui n’est pas normal vu qu’on y met du sien)

Même, la vie ne fonctionne pas comme un interrupteur, ce n’est pas soit j’ai rempli le journal intime en entier soit je ne l’ai pas rempli aujourd’hui. En ayant un journal intime pour chaque sujet, on peut évaluer facilement l’avancée chaque jour : j’ai rempli le journal Psychologie ainsi que le journal Amour aujourd’hui, j’ai laissé les journaux Sociabilité et Envie aujourd’hui.

La méthode « j’ai un mail dans ma boite de réception »

Méthode de l'email dans la boite

Dans ma dernière phrase, as-tu remarqué que je ne remplis pas TOUS les journaux chaque jour ?

C’est logique : on n’avance pas sur tous les sujets en même temps, parfois un sujet nécessite d’attendre un peu si on n’a pas de réel avancement pour ce jour ou si on se consacre à un aspect de sa vie en priorité. Exemple : je veux devenir meilleur au dessin mais aujourd’hui je n’ai rien fait j’étais débordé au boulot. A ce moment-là, pas besoin de culpabiliser, je remplis mon journal Travail si jamais cela me préoccupe et je remplirais le journal Art le jour où j’ai des nouvelles à écrire.

Ce qu’on va appliquer comme méthode pour écrire dans chaque journal n’est pas de se forcer chaque jour à écrire mais plutôt écrire chaque jour où on a quelque chose à dire.

L’exemple du mail dans une boite de réception

J’aime bien prendre cet exemple qui parle à tous. (d’ailleurs même le principe de rangement s’applique aux mails : se retrouver entre 2000 mails est plus facile quand il y a des catégories et des regroupements qui les trie plutôt qu’un affichage de tous les mails mélangés)

Quand tu reçois un mail et que tu as différentes catégories, le mail va-t-il se loger dans chaque catégorie ou arrive-t-il dans une catégorie bien définie ? Eh bien c’est le même principe pour l’écriture : quand tu as de l’inspiration ou de la matière à écrire dans un sujet (un nouveau mail), tu vas remplir le journal correspondant (ranger le mail dans la catégorie adéquate)

Les mails que tu reçois sont parfois non classables dans une catégorie existante : une occasion pour en créer une nouvelle ?

Exemple : Tu as 2 journaux intimes « Amour » et « Psychologie », tu trouves un travail et celui-ci te met à rude épreuve (un collègue, travail trop intense, etc.), c’est le moment pour inaugurer ton nouveau journal intime « Travail » !

J’ai trop de choses à dire dans ce sujet !

Débordé par trop de choses à dire

Comme vu précédemment, l’ancien journal intime pouvait contenir énormément d’informations tant les sujets regroupés étaient vastes. Avec le journal intime 2.0, nous cherchons à séparer ces tonnes d’infos en petits tas. Et cette tâche est propre à chacun : un journal intime au sujet général « Travail » sera trop vaste pour certains et parfait pour d’autres. C’est à toi de déterminer ce que tu vas mettre dans chaque journal intime, en évitant d’être trop généraliste MAIS AUSSI être trop spécifique (au risque d’abandonner si aucune mise à jour n’est apparue depuis des mois).

Le sujet « Comment faire un gâteau au chocolat » est trop spécifique, le sujet « Cuisine » aussi.

Des domaines parmi la « Cuisine » pourrait être « Pâtisserie », « Boulangerie », « Salé », « Sucré », « Boisson », « Aliments », « Ustensiles de cuisine », etc.

Justement, demande-toi, selon ton niveau de connaissances et d’expériences avec le sujet, si parler de tout serait adapté.

Cas pratique : la cuisine

Un chef pourrait aborder le sujet vaste « Cuisine » sans problème car il n’aura pas autant de problèmes. Un débutant en cuisine ne peut pas écrire sur « Cuisine », c’est beaucoup trop vaste pour lui. Il va se perdre en allant dans tous les sens. Peut-être d’abord savoir ce qui lui plaît dans la cuisine. Si c’est par exemple la « Pâtisserie » qui l’intéresse, pourquoi pas faire un journal « Pâtisserie » (aujourd’hui j’ai essayé la tarte tatin et je ne savais pas comment utiliser XXX, voici comment), « Sucré » (aujourd’hui j’ai trouvé un nouvel ingrédient sucré à mélanger) ainsi que « Ustensiles de cuisine » (de manière à savoir ce que tu dois acheter, comment, etc. => les ustensiles de cuisine ne seront pas les mêmes pour faire un gâteau au chocolat qu’un steak par exemple)

En définissant ces plusieurs journaux intimes pour délimiter les sujets, on ne part pas dans tous les sens et on arrive à diviser le gros sujet « Cuisine » en trois journaux intimes pour cet exemple. De cette manière, on sait que nous ferons du sucré (1 journal), que nous nous concentrerons sur la Pâtisserie (1 journal) et enfin on déterminera les ustensiles de cuisine adéquats (1 journal).

Simple non ?

Mais au fait, comment et avec quoi on le remplit ce journal ?

Questionnement écriture

J’ai préféré expliquer d’abord le concept de ce journal intime 2.0 avant d’exposer la manière et le matériel nécessaire afin que ce soit super facile une fois les bases posées, et que la réflexion se fasse plus instinctivement une fois l’utilité expliquée.

Avec quoi le remplir ?

Concernant le matériel nécessaire, un crayon et un livre vierge au minimum possible, après libre à toi de personnaliser comme tu veux ta manière d’écrire (feutres de couleur, faire la page de garde stylisée, mettre des abréviations quand tu écris pour symboliser quelque chose, etc.) Je ne suis néanmoins pas trop fan d’écrire sur Word ou sur ordinateur car l’intensité des émotions dégagées se fait moins ressentir et c’est plus facile de la transmettre sur papier que sur écran. (rien ne te l’empêche toutefois si tu n’es pas prêt à débourser 5 euros pour 3 livres vierges, c’est ce qui est bien avec un journal intime 2.0)

Voici donc la question « avec quoi le remplir » répondue.

Abordons maintenant la question « comment le remplir ».

Comment le remplir ?

Le principe de base qu’on a vu durant tout cet article est de trouver un sujet par journal intime et de remplir uniquement quand on a une mise à jour à inscrire. Il ne manque plus qu’à trouver la façon dont on le remplit.

Pour cela, c’est encore une fois libre à toi !

(Rappelle-toi la citation : « Arrête d’être passif et prend en main ta vie en adaptant à chaque fois ce que tu vois pour ce qui est applicable pour toi. »)

Je ne peux donc que te donner une idée parmi tant d’autres de comment structurer ton livre, à toi de trouver la forme qui te convient, en sachant respecter cet unique principe de base : un sujet par journal intime.

Voici une approche d’un journal intime : noter tout ce qui t’arrives en détail, en notant soit au début de chaque inspiration soit à la fin la date (et aussi l’heure si c’est important dans le sujet).

Pourquoi c’est important ? Parce qu’un journal intime se compose de deux parties : écrire et relire (on oublie souvent cette étape). Relire est aussi important que la thérapie de l’écriture, c’est en voyant d’où on vient, avec toute l’expérience et les épreuves traversées qu’on apprend comment progresser. Quelque part, c’est une forme d’apprentissage de ses erreurs pour ne pas les répéter, c’est une forme de maturité.

Pour te convaincre..

Pour preuve, si tu joues d’une guitare, savais-tu dès le début sans avoir jamais vu l’instrument comment bien pincer les cordes avec la bonne intensité, savoir qu’en fonction de la position de tes doigts sur la guitare, les « cases » ne faisaient pas la même note ?

Non, c’est en prenant des cours ou en regardant les autres faire (l’expérience) que tu as pu affiner et te perfectionner ! C’est le même principe pour le journal intime, si tu mets sur papier ce que tu as vécu ou ressenti sans jamais retourner relire ce que tu as mis des mois après, tu répéteras inlassablement les mêmes erreurs.

Progresser au fur et à mesure

Ce journal intime est une sorte de « preuve » pour toi-même, tu sais exactement à cette date et à cette heure précise comment était ton état d’esprit, tes doutes, tes peurs, etc. Tu sauras oh combien tu as gravi des montagnes en sachant au départ d’où tu partais. On fait toujours le bilan d’une année à chaque nouvel an (c’est la période en ce moment), mais toujours de manière à se remémorer les grands événements qui se sont concrétisés, jamais on n’y retrouve l’acheminement de comment on est arrivé à ce résultat. Au final, le résultat en réalité n’importe pas beaucoup, c’est plutôt tout le savoir qu’on a acquis entre le départ et l’arrivée qui importe, avoir trouvé la méthode pour être encore plus efficace en encore moins de temps.

Le temps. On cherche à notre époque toujours gagner du temps, c’est critiquable mais ça peut être compréhensible. Le seul problème, c’est qu’on gagne du temps au mauvais endroit, on veut gagner du temps et du confort en évitant les situations inconfortables, sauf que c’est uniquement celles-ci qui nous font avancer et devenir plus fort au fil du temps.

Seul l’arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c’est dans cette lutte que ses racines, mises à l’épreuve, se fortifient. (Sénèque, philosophe)

Conclusion : Mes journaux intimes durant ma dépression

Voici pour toi une partie de mon intimité que je dévoile aujourd’hui : mes 3 journaux intimes 2.0 lors de ma dépression. Je n’aurais sûrement pas autant avancé au fil des ans sans ces 3 livres.

Mes 3 journaux intimes 2.0 de ma dépression

Journal intime "Se déchainer"

Mon journal intime sur mon état mental sans retenue (symbolisé par « DO NOT HANDLE WITH CARE » traduit par « NE PAS TRAITER AVEC SOIN »)

Journal intime "Le passé"

Celui sur mon passé (symbolisé par le gris qui représente l’ancienneté)

Journal intime "Poèmes"

Celui sur la création de poèmes, je faisais un poème sur un sujet en particulier qui me venait à l’esprit (j’ai même fait un article pour savoir en faire !)

 

Si tu as aussi déjà écrit sur des journaux intimes, ça me ferait très plaisir de le savoir et comment ça a pu t’aider !

N’hésite pas à réagir à cet article en créant un topic sur le nouveau forum bienveillant de Psybienetre : Découvre-le ici ! 🙂

Cliquer pour voter l'article
[Total: 1 Vote moyen: 5]

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu
Analytics by GoSquared